Lettre d'information

Van Gogh - Monticelli

Vincent van Gogh (1853-1890), Adolphe Monticelli (1824-1886) - Editions RMN - Ouvrage relié - 192 pages - Textes en Français - Publié en 02/09/2008

Associer le nom d’un des peintres les plus universellement connus à celui que l’histoire n’a retenu que comme une figure singulière et qui pour beaucoup reste un inconnu, peut surprendre.

Expédié sous 3 à 6 jours

17,06 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence LIV_9782711854189
Artiste-Genre Vincent van Gogh (1853-1890), Adolphe Monticelli (1824-1886)
Editeur(s) RMN
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 192
Langue Français
Dimensions 200 x 240
Technique(s) 150 illustrations
Date parution 02/09/2008
Poids 0.886
Musée Marseille, Centre de la Vieille Charité

En rapprochant pour la première fois leurs peintures cette exposition révèle une des sources d’inspiration de Van Gogh et en quelque sorte fait s’accomplir le souhait du peintre de voir leurs oeuvres rassemblées.

Van Gogh sur lequel la littérature abonde, est l’image emblématique de l’artiste maudit dont la gloire posthume ne saurait faire oublier une vie de souffrance mais au contraire en accentue le sentiment d’injustice.

Rien d’équivalent pour le marseillais Adolphe Monticelli, admirateur comme lui de Delacroix, ami de Diaz et de Cézanne. Très apprécié des amateurs anglo-saxons, Il fut célèbre en son temps pour ses scènes de fêtes galantes, et vécut confortablement de sa peinture, contrairement à la légende locale qui voulut en faire un peintre incompris, vivant dans la misère. Malgré plusieurs monographies et quelques expositions, il peine cependant à trouver sa place dans l’histoire officielle de la peinture du XIXe siècle.

Ce lien entre les deux artistes c’est la correspondance de Vincent qui nous conduit à le faire. C’est à partir de son séjour dans le Midi qu’apparaissent et se multiplient dans ses lettres les références à Monticelli. A Arles, à Saint-Rémy, des motifs aperçus dans la campagne lui évoquent des tableaux du peintre marseillais. Cette correspondance témoigne de sa profonde compréhension de l’oeuvre de Monticelli.

Van Gogh apprécie l’originalité de sa vision servie par une matière généreuse, des touches épaisses, une écriture nerveuse et l’emploi d’une gamme chromatique où dominent des bruns ponctués de taches de couleur pure. Il trouve dans la manière de Monticelli confirmation de sa propre quête d’une peinture nouvelle et espère pouvoir un jour l’égaler.

Il proposera à son frère Theo d’accrocher ses oeuvres qu’il estime les plus réussies auprès de leurs tableaux de Monticelli. Son admiration pour le peintre va de pair avec un fort sentiment d’empathie pour l’homme auquel il s’identifie. Confronté à ses propres angoisses qu’il cherche à comprendre, il imagine les tourments de Monticelli et refuse d’autant plus de croire à la rumeur qui en a fait un artiste alcoolique, mort fou et indigent.

> Plus de détails sur ArtActu.com

> Lire article associé

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus