Exhibition catalogue (French)

Home

Toussaint Dubreuil (1558-1602) View larger

Toussaint Dubreuil (1558-1602)

Ce livre, le premier consacré à Toussaint Dubreuil, premier peintre d'Henri IV, présente cinquante de ses dessins qui sont parmi le plus beaux et les plus méconnus de l'art français.

 

Catalogue de l'exposition "Toussaint Dubreuil" présentée au Musée du Louvre, Paris (25 mars - 21 juin 2010).

20 items in stock

20,00 €

Only 0,01 € for Shipping on any order over 29€ in France


Format - Ouvrage broché
Language - Français
Model LIV_9788874395521
Artist Toussaint Dubreuil (1558 ou 1561 - 1602)
Publisher Musée du Louvre Editions / 5 Continents
Format Ouvrage broché
Language Français
Dimensions 210 x 210
Published 15/04/2010

Peintre du roi sous Henri IV, merveilleux luthiste, passionné d'équitation comme on peut l'être quand on est l'enfant d'un sellier, capable de jouter à la lance aussi bien qu'un fils de famille, Toussaint Dubreuil semble avoir eu dans sa vie ces nobles manières qui donnent de l'assurance au bonheur.

Son art doit être lu à la lumière de cette maîtrise du corps qui fait de la vie sociale un engagement physique et de cette virtuosité musicale qui, en accompagnant le chant, conduit à la poésie. Ses contemporains, qui l'appréciaient, parlent de ses " beaux tableaux " ; ils l'estimaient " singulier en son art ". Ceux qui redoutaient son talent soulignaient son ambition " d'invanter et peindre ansamble " comme l'avait fait Primatice à Fontainebleau. Ils l'ont vu disparaître jeune, en 1602, âgé de 41 ou de 44 ans, laissant derrière lui l'image d'un peintre "exceptionnellement intelligent et savant notamment quant au dessin et aux nus ".

En vingt ans, il avait fait siennes les meilleures expériences des artistes maniéristes actifs en Italie (Michel-Ange, Tibaldi, Passerotti) ou en France (Primatice, Niccolò dell'Abate, Antoine Caron) et, non content d'être leur brillant héritier, il s'était imposé, avant Martin Fréminet et Ambroise Dubois, comme le maître incontesté de la seconde école de Fontainebleau. A la fin de sa brève carrière, sans doute informé de la réforme artistique conduite par les Carrache à Bologne, il a su trouver une expression nouvelle, claire et éloquente, qui ouvrait la voie au classicisme français de La Hyre, Vouet et Poussin.

L'auteur : Dominique Cordellier est conservateur en chef au département des Arts graphiques du musée du Louvre.